Dalmeet Kaur

Dalmeet Kaur

Je suis passionnée par le partage du Kundalini Yoga avec les autres parce que j’ai expérimenté de première main ses bienfaits curatifs. Ayant vécu sous l’apartheid en Afrique du Sud la majeure partie de ma vie d’adulte, j’ai souffert du racisme légalisé, de l’exclusion et de l’impuissance. L’impact de la répression systémique a été intériorisé. Mon voyage de transformation a commencé il y a 10 ans lorsque j’ai assisté à mon premier cours de Kundalini Yoga pour lequel je reste éternellement reconnaissant. Dès que je suis devenu Niveau 1

Praticienne en 2015, j’ai commencé à enseigner le Kundalini Yoga chez moi et dans le cabinet de mon avocat au Cap. Les dons pour les cours sont allés à Rosy’s Soup Kitchen à Khayelitsha. Un an plus tard, on nous a proposé d’utiliser la salle de l’église catholique dans le quartier de la classe ouvrière noire d’Athlone. La population étudiante a explosé. La preuve des bienfaits du Kundalini Yoga était visible pour tous chez ma mère de 84 ans, une étudiante régulière et engagée. Dès que quelques-uns de mes étudiants sont devenus des praticiens certifiés de Kundalini Yoga, ils se sont joints à moi pour enseigner le yoga dans les communautés noires à faible revenu : dans les écoles, les parcs, les rues et les festivals.

Nous avons enregistré le yoga communautaire sous la bannière de Revolutionary Yoga NPC en 2017. Cette année-là, nous avons reçu le « Live to Give Award » de 3hO. Nous avons également reçu des prix de reconnaissance trois années de suite du Catholic Welfare Development. En 2019, j’ai découvert que beaucoup de nos étudiants, en particulier les jeunes enfants et les adolescents, se couchaient le ventre vide. En collaboration avec des étudiants et des enseignants, nous avons commencé à nourrir les étudiants et les communautés sous la bannière de Free Food Kitchen.

Au fur et à mesure que notre prise de conscience de l’étendue de la malnutrition et de la famine augmentait, notre Seva s’est propagé à d’autres communautés. Au début du verrouillage du COVID-19 en avril 2020, j’ai reçu des nouvelles de famine massive dans les communautés. Nous avons galvanisé nos ressources et établi des cuisines gratuites dans 7 communautés à Khayelitsha, Lavender Hill, Hazendal, Hanover Park et Smallville et Hazeldene, Philiphi. Nous avons également commencé à nourrir des chats et des chiens au nom de Divine Dogs Kitchen.

Afin de promouvoir la durabilité et l’indépendance, nous avons établi des jardins potagers dans deux de nos communautés. Les Free Food Kitchens sont gérées par des femmes de la communauté qui conçoivent les menus, cuisinent et servent la nourriture. A ce jour, nous servons 7000 repas par semaine aux humains et de la nourriture à 400 chats et chiens. Nous avons augmenté le nombre de membres du conseil d’administration et mené des campagnes de financement intensives dans la communauté du yoga. La majeure partie du financement de nos donateurs provient de la communauté de yoga kundalini aux États-Unis d’Amérique. Gurmukh Khalsa, l’un de nos mécènes, a joué un rôle de premier plan dans la génération de dons.

En 2020, nous avons acheté trois conteneurs maritimes de 12 mètres grâce à un financement dédié de donateurs, qui sont situés dans 3 de nos communautés. La cuisine, l’alimentation, le yoga, la lecture et les conseils sur les traumatismes auront lieu dans ces conteneurs. Nous sommes vraiment étonnés de la générosité de notre Sangat. Nos cœurs sont remplis de gratitude.


SS Dukh Niwaran Kaur Khalsa-Sugrue

KRI rend hommage à Singh Sahiba DukhNiwaran Kaur Khalsa-Sugrue pour son travail de plaidoyer patient et inébranlable autour des problèmes LGBTQIA+ dans la communauté du Kundalini Yoga. Depuis de nombreuses années, elle a éduqué, inspiré et organisé pour aider à faire évoluer notre communauté pour qu’elle soit beaucoup plus diversifiée et accueillante pour les personnes de toutes les identités de genre et de toutes les préférences sexuelles.

SS Dukh Niwaran Kaur Khalsa-Sugrue

Je suis tombé sur un cours de Kundalini Yoga il y a près de 25 ans, cherchant à apprendre à m’étirer. Je n’avais aucune idée que cela répondrait à un désir plus profond en m’emmenant dans un voyage d’esprit et de communauté tout au long de ma vie. Lors de mon premier solstice d’été, j’ai eu une expérience me connectant à une Divinité que je n’ai connue qu’intellectuellement. Dans nos chants, notre sadhana et notre travail en commun, j’ai ressenti Dieu « Ang Sung Wahe Guru » dans chaque cellule de mon être. J’ai chuchoté une prière cette semaine-là pour que je puisse d’une manière ou d’une autre aider à créer cet endroit afin que d’autres puissent également vivre cette expérience.

Pendant les 2 décennies suivantes, cette prière s’est incarnée de manières au-delà de mes imaginations. Karma Yoga s’est transformé en cogestion de l’équipe d’accueil aux solstices d’été et d’hiver. Des opportunités d’enseigner se sont ouvertes à la maison et aux Solstices et au fur et à mesure que j’ai grandi dans la communauté grâce à des cours de niveau 2 partout en Amérique du Nord, j’ai trouvé des moyens de servir mes communautés par le leadership. J’ai travaillé sur le Mela de niveau 3 et on m’a demandé d’animer des discussions de groupe sur les problèmes LGBTQIA + lors des forums de formateurs. C’est alors que j’ai retrouvé une voix que j’avais gardée silencieuse dans ce que j’appelle mon « placard transparent ». Je n’étais ni complètement dehors en tant que lesbienne ni complètement enfermée, vivant dans l’espace intermédiaire qui était acceptable dans notre communauté à cette époque.

J’ai commencé à dire la vérité sur les expériences LGBTQIA+ dans notre communauté, nourrie par ma connexion avec le Rainbow Sangat. En collaboration avec KRI, 3HO et Khalsa Council, nous avons commencé à créer des espaces plus visibles pour que les personnes LGBTQIA+ puissent exister ensemble dans nos communautés. Ma prière pour créer un solstice pour que les autres aient leurs propres expériences de la Divinité s’est élargie pour créer une place pour chaque partie de moi-même ainsi que pour les autres. Mon objectif permanent est d’utiliser mes rôles de leadership pour ouvrir davantage d’espaces permettant aux personnes d’horizons divers d’exercer un leadership dans nos communautés. Au fur et à mesure que nous élargissons notre sensibilisation et incluons visiblement les membres LGBTQIA+, nous trouvons des lieux de résistance et des défis en cours de route. Il y a encore du travail à faire alors que nous embrassons ensemble la plénitude des personnes LGBTQIA+ sur notre chemin dans le Yoga de la Conscience et guérissons des blessures en cours de route.

DukhNiwaran Kaur est un enseignant de niveau 3, un formateur professionnel, un ministre sikh et un psychothérapeute vivant à Chicago. Elle a été co-responsable de l’hospitalité aux solstices d’été et d’hiver pendant plus de 15 ans, en tant que membre du groupe de travail LGBTQIA + du conseil de Khalsa, du comité de la diversité et de l’inclusion et de l’équipe de l’égalité du mariage. Elle a travaillé au sein du comité de planification de niveau 3, du comité de planification du forum des formateurs, du comité exécutif du conseil de Khalsa et a proposé des formations LGBTQIA+ pour les formateurs d’enseignants via KRI et IKYTA ainsi que pour des communautés individuelles à travers le monde. En 2019, elle a reçu le prix Spirit of Baisakhi lors de la célébration de LA Baisakhi pour son travail en matière de diversité et d’inclusion. Ses joies en tant que ministre ont été de servir la cérémonie Amrit Sanchar aux solstices et d’organiser un mariage homosexuel.


Gurusangat Kaur du Brésil

Gurusangat Kaur

En tant que MD avec un doctorat. en épidémiologie de l’Université libre de Berlin, je n’avais aucune idée que le yoga toucherait le sol dans ma vie comme il l’a fait. Me voici à l’hôpital de Berlin, à quelques mois du déroulement de mon destin de professeur de Kundalini Yoga. Je suis le genre de voyageur avec une profonde inclination à devenir pionnier dans cette vie. À Berlin, parallèlement à ma formation médicale, j’ai également obtenu mon niveau un. Lors de mon entretien de sortie à l’Ashram de Berlin (à l’époque à Kreuzberg), un entraîneur s’est tourné vers moi et m’a dit : « Nous avons été déçus de votre examen. Vous n’avez pas répondu à une question, mais vous êtes l’un d’entre nous ». J’ai entendu ça et je me suis dit : c’est quoi ce bordel, une mauvaise réponse sur 10 ! Je vais bien! Encore une fois : qu’est-ce que cela voulait dire ? Je suis l’un d’entre eux ? ? Eh bien, le temps me dira exactement quoi ! C’était en 1991.

Avec Audre Lord à Berlin

C’était l’été 1992, probablement en juillet, lorsque mon plus cher ami est venu me dire au revoir. Audre Lord était cet être humain incroyable, une femme noire, poète et conférencière, écrivaine et militante des droits humains. Elle était mourante et est décédée le 17 novembre, mon anniversaire, la même année. Lorsque nous nous sommes rencontrés, elle m’a tenu la main tendrement et m’a dit : « La communauté est une force directrice dans un avenir proche. Ne vous isolez pas ». Elle voyait dans sa sagesse beaucoup de choses, y compris mon destin de Gurusangat. Mon nom était comme un bâton magique pour m’aider à rompre avec mes schémas d’isolement et de timidité. Elle le savait !

J’étais là, complètement immergé dans mon destin

À mon retour au Brésil en 1995, j’ai commencé “à contrecœur” à donner des cours de KY. Je n’en avais pas l’intention, mais je suis allé dans une salle d’opération avec le chirurgien, l’anesthésiste et le patient. J’ai suggéré à la dame qui était sur le point de subir une opération grave de faire de la respiration et des mantras. Nous l’avons fait, c’était tout ! Le lendemain, se rendant à une visite de jour régulière dans sa chambre, elle a dit : qu’est-ce que c’était que le doc d’hier ? C’était magique. J’ai dit que c’était du Kundalini Yoga. Elle se tourne vers le chirurgien et dit : puis-je le faire ? Il hocha simplement la tête en signe d’accord. Je ris encore parce que plus tard, le chirurgien a également commencé à assister à mes cours à l’hôpital. Je ressens ce moment comme l’ouverture d’une écluse. En vitesse lumière, nous étions déjà un grand groupe de Kundalini Yogis à Belo Horizonte. Nous avons créé ABAKY en 2004 (l’Association des Amis du Kundalini Yoga) pour ouvrir notre lien avec la société au sens large. Au cours de ces années, en fait jusqu’à la pandémie de COVID 19, nous étions des participants fréquents au solstice d’été, et je dois dire que ces solstices nous ont nourris en tant que Sangat pour servir.

Servir ensemble comme sangat

Je n’ai pas de mots pour décrire comment, à Sangat, il n’y a pas de limite à ce que nous pouvons accomplir et servir ! Au Brésil, nous avons créé le système d’éducation Miri Piri pour les enfants de tous horizons. En 2015, nous avons ouvert notre premier Miri Piri Brazil sous la direction de Sat Kartar Kaur et de son mari, Siri Sahib Singh. En 2016, nous avions déjà deux autres écoles au service de leurs communautés. Notre voix collective, notre Sangat, a toujours cru que notre meilleur héritage serait l’éducation des enfants.

Éduquer tout le monde aussi

En 2013, j’ai commencé un programme particulier appelé Aquarian Leadership. L’objectif était de former des professionnels de notre Sangat pour intensifier le partage de l’enseignement du Kundalini Yoga au sens large. En 2018, nous avons offert ce programme au monde de l’entreprise et aux dirigeants de différents domaines. Les enseignements de Kundalini Yoga et le Shabd Guru ont fait leur entrée avec un vocabulaire très distinct dans plusieurs domaines divers tels que la médecine, les hôpitaux, la justice, les affaires, les initiatives sociales pour les personnes noires, les LGBTQ+ et les sans-abri.

Et nous voici!

Ce travail ne serait pas possible sans la gentillesse et l’amour de ma partenaire de vie, Kirn Jot Kaur. A elle, ma gratitude d’avoir eu tant de patience pour me soutenir dans toutes mes folles aventures. Mon appréciation de notre Sangat et de mes élèves, qui se sont toujours présentés et m’ont inspiré à continuer.

Sangeeta Kaur, Saramdeep Kaur et Japbir Kaur – de Chine

Sangeeta, Saramdeep et Japbir étaient considérés comme des pionniers en Chine. Les trois se sont rencontrés pour la première fois à Lijiang en 2009 dans l’atelier de Sunder Singh.

Ils ne savaient pas qu’ils étaient destinés à se rencontrer là-bas et à parcourir ce chemin en tant qu’individu pour grandir et ils étaient destinés à quelque chose de plus grand. En réalité, ils se sont rencontrés pour pouvoir entreprendre le voyage et grandir ensemble avec force et intégrité pour construire ensemble une communauté dynamique au service de l’humanité en Chine.

Japbir, Sangeeta, Saramdeep et leur équipe de sevadars et TNT ont aidé la communauté à traverser les turbulences de 2020. À la fin de l’année, IKYTA China Chapter a été formé. Entrons en 2021 avec amour, joie, paix et profonde gratitude. Peu importe ce qui s’est passé, faites vibrer le cosmos et le cosmos dégagera le chemin.

Japbir, Sangeeta, Saramdeep :
C’est une bénédiction de pouvoir ouvrir nos bras pour s’embrasser et servir le Kundalini Yoga avec amour, joie et intégrité à notre communauté en Chine et à la famille mondiale.

Satnam.

Sangeeta Kaur

Il y a beaucoup de défis, de pièges et d’incertitudes dans la croissance spirituelle, parfois, je n’avais nulle part où aller, mais en suivant la direction de la vérité dans mon cœur, j’ai choisi de la sauter et d’affronter la réalité et toutes sortes de difficultés et de défis.

En pratiquant le kundalini yoga, ma vie change complètement. J’ai rencontré de nouvelles personnes, une nouvelle équipe, quitté le travail, ouvert un studio, la vie est pleine de changements perturbateurs, mais le fort désir de trouver la vérité me pousse à ne pas abandonner, à ne pas m’échapper jusqu’à ce que je trouve la vérité, c’est dans chaque respiration, dans la persistance de la méditation kriya, dans la vibration du chant du mantra, dans mon cœur qui bat, dans la communication avec les autres… J’ai trouvé “un” en tout.

Mon cœur traceur s’est installé en paix, maintenant je peux commencer à vivre une vie consciente et reconnaître la lumière éternelle. Et la lumière me ramène à la vie normale pour la vivre, afin que je puisse m’éclairer et éclairer les autres. Soyez reconnaissants à tous les enseignants et gourous pour leur enseignement et leurs conseils, nous pouvons voir Dieu à l’intérieur et voir Dieu en tout.

Saramdeep Kaur

Apprendre le Kundalini Yoga, de l’étrangeté et de la curiosité à la promotion et à la transformation de la conscience individuelle et à la pratique de la conscience de groupe et sur un ! mon expérience est la suivante : pratiquez ! entraine toi! s’entraîner à nouveau ! J’ai la confiance et la responsabilité de reprendre cette “étincelle”, de commencer à servir les professeurs et les étudiants de Kundalini Yoga en Chine. J’ai un long chemin à faire. C’est ma mission.

Japbir Kaur

Je pratique le yoga depuis 1989 et j’ai acquis de bonnes techniques de yoga. Cependant, le Kundalini Yoga m’a éveillé dans 4 domaines : écouter et syntoniser la fréquence à l’intérieur et à l’extérieur, vivre mon propre Sat Nam et me connecter avec les autres, me détendre en ressentant mon état d’être avec une longue respiration profonde et mon précieux Adi Shakti, ma déesse créative et intrépide.

J’en suis venu à réaliser les défis de ma vie dont j’avais l’habitude de plaisanter avec la déclaration “parce que je les ai demandés”. développer mon humilité et ma compassion et partager ma richesse d’expériences avec compassion pour nourrir la croissance des autres.

Je suis reconnaissant pour la pratique de la méditation et les conseils d’Adi Shakti que je peux inspirer de manière créative les autres à pratiquer le yoga et la méditation.

La pratique du Kundalini Yoga m’a fait réaliser à quel point je suis bénie. J’ai des enseignants avant moi pour me guider, autour de moi pour se soutenir mutuellement et après moi pour que je puisse offrir mes bénédictions. Enfin, j’ai ma famille aimante pour me soutenir et m’encourager et me soutenir dans ce voyage.

Avec tant de bénédictions, je continue de servir l’humanité humblement et avec gratitude.

Laisser un commentaire