Par Nikhil Ramburn et Sat Bir Singh Khalsa, Ph.D.

Le terme autisme est passé d’un diagnostic médical relativement obscur à un mot familier. Le trouble du spectre autistique (TSA) comprend désormais des troubles qui étaient auparavant considérés comme distincts, tels que le syndrome d’Asperger et le trouble désintégratif de l’enfance. Le TSA est un trouble neurodéveloppemental qui altère la capacité d’un enfant à communiquer et à interagir avec les autres. Les symptômes varient considérablement d’un patient à l’autre et comprennent des comportements, des intérêts et des activités répétitifs restreints. De plus, les retards de langage sont fréquents chez les enfants atteints de TSA. Bien que les causes spécifiques des TSA n’aient pas encore été identifiées, plusieurs facteurs de risque ont été identifiés dans la recherche documentaire, tels que la génétique, les facteurs prénataux et périnataux, les anomalies neuroanatomiques et les facteurs environnementaux. Ces dernières années, le nombre d’enfants identifiés avec un TSA a augmenté et les médecins sont mieux formés pour identifier le TSA même à l’âge adulte. La prévalence de ce trouble est mondiale, avec environ 1 à 3 % de tous les enfants diagnostiqués avec un TSA. Son impact social est dévastateur.

Les options de traitement pour les TSA ont augmenté, mais la plupart des interventions sont axées sur les résultats et restent fortement dépendantes du respect des normes d’assurance, souvent au détriment de la satisfaction des multiples besoins qui se chevauchent du patient. De plus, les traitements pharmacologiques conventionnels ne traitent que les symptômes externes tels que l’irritabilité, la dépression et l’hyperactivité. Les interventions pharmacologiques ne montrent aucun avantage clair dans le traitement des principaux symptômes et ont des effets indésirables connus. Les options de traitement non médical pour la dépression et l’anxiété comorbides dans les TSA comprennent principalement la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) et bien que des études aient décrit les effets positifs de cette intervention, les chercheurs ont également mis en évidence plusieurs limites. Notamment, les gains de la TCC peuvent être relativement de courte durée et la généralisation de la TCC à des situations réelles semble être limitée. Par conséquent, des thérapies holistiques qui répondent aux besoins variés des patients et facilitent l’apprentissage de compétences durables telles que l’autogestion et la conscience sociale sont nécessaires.

Le yoga et la méditation peuvent s’avérer être une de ces interventions holistiques. En effet, la méditation affecte positivement les fonctions exécutives essentielles telles que la maîtrise de soi et la flexibilité cognitive, ce qui peut aider les patients à mieux gérer les situations de forte demande exécutive. Il a été démontré que la méditation renforce la connectivité cérébrale inter-hémisphérique en augmentant l’activation du corps calleux, une structure de matière blanche qui relie les hémisphères cérébraux gauche et droit. Étant donné que les patients atteints de TSA souffrent souvent d’un dysfonctionnement de l’intégration sensorielle, ils pourraient bénéficier d’un transfert d’informations interhémisphérique plus efficace et de l’augmentation résultante de l’intégration d’expériences complémentaires. De plus, la méditation améliore les schémas respiratoires et des études montrant des changements dans les niveaux d’hormones démontrent le potentiel de la méditation pour modifier les paramètres et les rythmes physiologiques. D’autres formes traditionnelles de méditation yogique utilisent l’utilisation de mantras qui agissent comme des modulateurs psychophysiques de la santé. Étant donné que le langage, la musique et le chant partagent les mêmes réseaux fonctionnels, chanter un mantra avec de la musique peut compenser les déficiences dans l’acquisition du langage. De plus, le chant du mantra accompagné de mudras ou de gestes de la main facilite la synchronicité interhémisphérique, qui est mise en mouvement par des sons vocaux rythmiques et des schémas respiratoires. Ces formes traditionnelles de méditation, qui se sont fait connaître en Occident à travers des disciplines telles que le Kundalini Yoga, sont plus faciles à suivre et à surveiller.

Outre les avantages de la respiration, du mantra et du mudra, le yoga comprend également le mouvement du corps et la conscience. L’activité physique permet aux enfants atteints de TSA d’apprendre des concepts liés au contrôle des impulsions, à la capacité de calmer le corps après une activité et à l’autorégulation globale. En fait, les enfants atteints de TSA manquent souvent de coordination et de conscience corporelle et il a été démontré que les mouvements de yoga augmentent la conscience vestibulaire et proprioceptive qui peut soutenir une attention soutenue, la régulation du comportement et la conscience générale du corps. La répétition et la routine de séquences de mouvements telles que les salutations au soleil peuvent augmenter la capacité d’un enfant à réaliser des plans moteurs et ont l’avantage de capitaliser sur le besoin inhérent de structure et de répétition du patient. De plus, les parents qui pratiquent aux côtés de leurs enfants peuvent également bénéficier d’une réduction du stress parental, les empêchant de rejeter et de devenir trop réactifs envers leurs enfants.

Une revue de 2015 de la recherche sur l’efficacité du yoga pour les patients atteints de TSA par Gwynette et al. révèle que jusqu’à présent, seules deux études publiées dans des revues à comité de lecture ont mis en œuvre un protocole standardisé, évalué les résultats cliniques et utilisé soit un groupe témoin, soit les sujets comme leur propre témoin. Néanmoins, ces études ainsi que d’autres essais publiés suggèrent que les interventions de yoga peuvent effectivement améliorer les principaux symptômes du TSA et plusieurs études de cas étayent cette conclusion malgré les faiblesses inhérentes à la puissance statistique, le risque de biais dans la conception expérimentale et les mesures de résultats incohérentes.

L’une des études de Gwynette et al. revue est une étude pilote de 2011 du Saint Francis Hospital and Medical Center à Hartford, Connecticut. Les chercheurs ont examiné l’efficacité d’un programme de yoga, de danse et de musicothérapie de 8 semaines sur un groupe de 24 enfants âgés de 3 à 16 ans diagnostiqués comme TSA. Alors que l’étude a rapporté des améliorations statistiquement significatives pour tous les sujets dans les caractéristiques psychologiques et comportementales, la nature multimodale du traitement nous empêche de savoir à quel point la composante yoga a contribué à l’efficacité.

Une autre petite étude à Bengaluru en Inde a appliqué des échauffements vigoureux et des pratiques de relâchement suivies de postures de yoga traditionnelles (asana), de respiration yogique et de mantra chez 12 enfants atteints de TSA sur une période de deux années scolaires. Les résultats ont confirmé les rapports précédents de changements de comportement qualitatifs, y compris une tolérance accrue à la position assise et à la proximité des adultes, et la socialisation ultérieure. Les résultats quantitatifs ont montré une régularisation de l’activité immunitaire aberrante.

Dans une autre étude, Koenig et al. ont comparé des étudiants subissant une intervention de yoga quotidienne de 16 semaines avec des étudiants qui suivaient leur routine matinale standard. Ils ont constaté que le groupe d’intervention présentait une réduction des comportements inadaptés, notamment l’irritabilité, la léthargie, le retrait social, l’hyperactivité et la non-conformité. Puisqu’il s’agissait d’un programme de yoga manuel, il peut servir d’intervention comportementale viable pour les thérapeutes en milieu scolaire. Bien que l’étude démontre l’impact significatif des interventions de yoga sur les comportements clés en classe chez les enfants atteints de TSA, le manque de randomisation et l’absence d’évaluateurs à l’aveugle peuvent avoir contribué au biais de l’étude.

À mesure que la sensibilisation au TSA augmente et qu’elle est plus fréquemment diagnostiquée, l’application et le test d’interventions thérapeutiques holistiques sont importants, comme le yoga, qui répondent aux divers besoins du patient. Malgré les limites importantes de la recherche dans ce nouveau domaine, l’efficacité potentielle du yoga semble prometteuse. Il s’agit d’une approche thérapeutique potentiellement rentable qui semble être bien accueillie par les patients atteints de TSA et leurs parents. Des recherches futures de plus en plus quantitatives et qualitatives sont donc justifiées.

Laisser un commentaire