Par Nikhil Ramburn et Sat Bir Singh Khalsa, docteur en médecine.

ObesityL’impact du bien-être des employés sur la productivité globale a suscité une grande attention ces dernières années. Les travailleurs d’aujourd’hui sont de plus en plus touchés par le stress, les troubles musculo-squelettiques (en particulier les douleurs au dos et au cou), une faible autonomie, des troubles du sommeil, une faible qualité de vie, une faible satisfaction au travail et un mode de vie sédentaire. Les raisons de ces défis modernes varient, mais il semble que la dépendance croissante aux forces volatiles du marché mondial crée plus de pression pour rendre les organisations plus rentables, efficaces et responsables. De plus, la croissance de la technologie au travail, la restructuration organisationnelle et l’absence d’heures de « travail » clairement définies ont toutes eu un impact négatif sur le bien-être des employés.

Le stress chronique a été un facteur clé. La recherche a montré que le stress peut conduire à la dépression, à une diminution de la satisfaction au travail et à des perturbations des relations personnelles qui peuvent tous augmenter le risque de blessure pour les travailleurs eux-mêmes ou pour les personnes que leur entreprise sert. Le stress a également un impact négatif sur les fonctions cognitives de haut niveau, en particulier l’attention et la mémoire, ce qui augmente les enjeux déjà importants pour les professionnels qui font face à des situations qui affectent la vie humaine au quotidien.

Le stress peut conduire à un «épuisement professionnel», qui a été défini comme un syndrome de dépersonnalisation, d’épuisement émotionnel et un sentiment de faible accomplissement personnel. Un premier modèle théorique proposait deux processus pour le développement de l’épuisement professionnel. Premièrement, les exigences professionnelles à long terme dont les employés ne se remettent pas complètement peuvent entraîner des niveaux d’excitation soutenus, aboutissant finalement à l’épuisement, qui est la composante énergétique de l’épuisement professionnel. Le deuxième aspect est la composante motivationnelle de l’épuisement professionnel, qui se manifeste par une motivation réduite ou un retrait, et agit comme une stratégie d’autoprotection pour prévenir un nouvel épuisement. Un modèle révisé comprenait un processus de détérioration de la santé, dans lequel l’épuisement professionnel mène à la dépression, aux maladies cardiovasculaires ou aux troubles psychosomatiques.

Le syndrome d’épuisement professionnel est très répandu, avec moins d’un travailleur sur cinq activement engagé dans son travail. Les employés désengagés peuvent être à l’origine de résultats préjudiciables pour l’entreprise, tels qu’une mauvaise performance au travail, une faible productivité, de mauvaises interactions avec les employés, une faible créativité, l’absentéisme, le présentéisme (au travail mais non productif) et une rotation élevée des employés.

Les adultes passent en moyenne un quart de leur vie éveillée au travail et la satisfaction au travail représente un quart de la satisfaction globale à l’égard de la vie. Le bonheur au travail ne doit pas être pris à la légère, car le bonheur procure des avantages positifs non seulement aux personnes heureuses elles-mêmes, mais également à leurs collègues. Dans cette optique, le bonheur est presque une responsabilité envers soi-même et ses collègues. En effet, la recherche et les enquêtes sur site ont révélé d’énormes coûts financiers et humains associés à des organisations malheureuses et malsaines. Dans une étude sur les étudiants du MBA, ceux qui ont obtenu un score élevé en matière de bien-être se sont révélés être des décideurs supérieurs, ont fait preuve d’un meilleur comportement interpersonnel et ont reçu des notes de performance globale plus élevées.

Heureusement, la notion d’un milieu de travail sain a évolué au cours des 60 dernières années et les professionnels des ressources humaines ont commencé à donner la priorité aux programmes de milieu de travail sain comme un avantage concurrentiel pour réduire la hausse des coûts des soins de santé, retenir les employés et stimuler le moral des employés et les relations interpersonnelles. Il existe des preuves constantes qu’un bon environnement social au travail est associé au bien-être des employés et certaines entreprises utilisent des exercices de consolidation d’équipe, des groupes de dialogue facilités et des espaces de travail améliorés pour augmenter la fréquence des activités partagées entre les travailleurs. D’autres entreprises font la promotion de l’activité physique en tant que priorité stratégique pour améliorer la santé des travailleurs et la performance de l’entreprise. Les employeurs se tournent également vers les interventions cognitivo-comportementales conventionnelles pour améliorer le bien-être des travailleurs. En fait, une méta-analyse de 2017 des interventions numériques en santé mentale réalisées au travail a révélé des améliorations statistiquement significatives sur les scores de bien-être psychologique et d’efficacité au travail.

Le yoga est encore une autre stratégie qui offre plusieurs des avantages pour la santé psychologique et physique mentionnés ci-dessus et, en plus, permet l’acquisition d’une compétence d’autorégulation du stress et des émotions. Sa composante méditative améliore la pleine conscience qui a été associée à l’amélioration de la qualité de vie et à l’augmentation de l’auto-compassion. À un niveau plus profond, la composante philosophique et spirituelle du yoga peut aider les employés à accroître le sens et le but de la vie. Une revue de 2014 des interventions de yoga et d’exercice dans les populations actives a évalué cinq études sur le yoga, qui ont rapporté des améliorations du stress et de l’anxiété. Ils ont émis l’hypothèse que le yoga pourrait être supérieur aux interventions d’exercice. Les programmes de yoga peuvent être dispensés de plusieurs façons. Les employés peuvent être inscrits à un programme de yoga résidentiel dans un centre de retraite de yoga permettant une exposition approfondie aux pratiques et au mode de vie du yoga dans un environnement très favorable et stimulant. Alternativement, le yoga peut être dispensé en dehors du lieu de travail dans un lieu externe non résidentiel ou à domicile via un DVD ou un programme en ligne. Enfin, le yoga peut être dispensé sur place sur le lieu de travail. Dans cet article, nous nous concentrons sur la recherche sur les programmes résidentiels.

Une étude publiée dans le Journal de médecine alternative et complémentaire en 2016 a comparé 69 individus en bonne santé (58 femmes et 11 hommes) qui ont été quasi-randomisés soit pour une intervention ayurvédique de six jours de yoga, massage, régime et journalisation, soit pour des vacances résidentielles de six jours, toutes deux au Chopra Center for Wellbeing au La Costa Resort à Carlsbad, en Californie. Les participants au programme avec yoga ont montré des augmentations significatives et soutenues des notes de spiritualité et de gratitude par rapport au groupe de vacances, qui n’a montré aucun changement. Fait intéressant, le groupe de yoga et d’Ayurveda a également montré des notes accrues pour l’auto-compassion ainsi qu’une réduction de l’anxiété lors du suivi d’un mois. Ces résultats suggèrent qu’un programme intensif à court terme de pratiques corps-esprit peut entraîner des changements à long terme dans le bien-être perçu. Il convient également de noter que les résultats montrent que les vacances seules ne suffisent pas à apporter des améliorations durables dans certains aspects du bien-être.

Une étude de 2011 de l’ Université Swami Vivekananda Yoga Anusandhana Samsthana (S-VYASA) à Bangalore, en Inde, soutient en outre les avantages d’une intervention de yoga résidentiel pour améliorer le bien-être. 72 dirigeants d’entreprise de l’Oil and Natural Gas Corporation Limited ont suivi 5 jours du programme d’autogestion de la tension excessive (SMET) qui combinait des postures de yoga «stimulantes» et des pratiques de repos en décubitus dorsal «apaisantes» dans un programme complet de style de vie de yoga résidentiel. Les enregistrements des ondes cérébrales au départ et après l’intervention ont montré une augmentation de la cohérence des ondes delta, thêta, alpha et gamma, mais une diminution des ondes bêta. Les auteurs ont conclu que ces changements dans la cohérence des ondes cérébrales peuvent indiquer des états de conscience accrus et une vigilance et une vigilance accrues, qui sont des éléments essentiels de «l’efficacité exécutive». De plus, ils ont suggéré que l’augmentation de la cohérence alpha frontale pourrait refléter une amélioration de l’intégration du lobe frontal, ce qui se traduirait par une plus grande flexibilité cognitive, intelligence et stabilité émotionnelle. Ces résultats, combinés aux résultats d’un test de questionnaire sur le quotient émotionnel (QE), indiquent que le programme SMET améliore la stabilité émotionnelle et peut avoir des implications pour “l’efficacité exécutive”.

Une étude récemment publiée dans le Journal of Occupational and Environmental Medicine par le coauteur (SBSK) et ses collègues a examiné les effets d’un programme résidentiel basé sur le yoga sur la santé psychologique des professionnels de première ligne qui travaillent avec des personnes à risque dans des domaines tels que l’éducation , soins de santé et application de la loi/services correctionnels. Il s’agit de la première enquête scientifique du programme “Résilience – Intégration – Conscience de soi – Engagement” (RISE) du Centre Kripalu pour le yoga et la santé qui intègre des pratiques basées sur le yoga avec la méditation, l’analyse corporelle, la communication consciente, une alimentation saine et sommeil. 64 professionnels de première ligne de l’éducation, de la santé, des services sociaux et des établissements correctionnels ont répondu à une enquête de base avant de participer à un programme d’immersion résidentielle de cinq jours au Kripalu Center à Stockbridge, MA. Le programme comprenait cinq heures de séances quotidiennes structurées de postures et d’exercices de yoga, de méditation, de techniques de respiration et d’éducation sur la communication consciente spécifiquement ciblée pour ces travailleurs. L’étude a révélé que le stress, la résilience, les effets positifs et négatifs (humeur), la pleine conscience, l’autonomisation, la vitalité, la qualité du sommeil, la quantité d’exercice et la consommation de légumes et de fruits autodéclarés par les participants étaient significativement améliorés après avoir participé au programme résidentiel RISE. Au suivi de deux mois, toutes les mesures sont restées améliorées à l’exception de la durée de l’exercice. En fait, l’auto-compassion n’a atteint une signification statistique qu’au suivi de deux mois, suggérant des gains à long terme d’une courte intervention de yoga résidentiel.

Ces études fournissent un soutien préliminaire aux avantages des programmes de yoga résidentiels pour la réduction du stress, l’amélioration du comportement et la résilience émotionnelle et physique chez les adultes qui travaillent. Cependant, il est probable que les décideurs politiques des entreprises préfèrent investir dans des interventions plus économiques sur le lieu de travail ou à domicile, qui ont également fait l’objet d’un plus grand nombre d’études de recherche publiées. Il reste à voir si les interventions intensives de retraite de yoga peuvent avoir de meilleurs résultats à long terme que les interventions de yoga à domicile ou sur le lieu de travail, qui seraient mieux évaluées dans une comparaison directe d’une intervention similaire dans la même population au sein d’un même groupe. essai contrôlé randomisé. Dans les deux cas, l’apparition de la recherche sur le yoga en milieu de travail est un ajout bienvenu à celui de la croissance parallèle de la recherche sur le yoga dans les écoles et dans les soins de santé.

Nikhil
Nikhil Rayburn a grandi en pratiquant le yoga sous les manguiers sous les tropiques. Il est professeur certifié de Kundalini Yoga et a enseigné le yoga aux enfants et aux adultes dans le Vermont, le Nouveau-Mexique, le Connecticut, l’Inde, la France et l’île Maurice. Il contribue régulièrement au bulletin d’information du Kundalini Research Institute et explore les recherches actuelles sur le yoga.

Sat Bir Singh Khalsa, Ph.D.
Sat Bir Singh Khalsa, Ph.D. est directeur de la recherche du KRI, directeur de la recherche du Kripalu Center for Yoga & Health et professeur adjoint de médecine à la Harvard Medical School. Il pratique un style de vie de Kundalini Yoga depuis 1973 et est un instructeur de Kundalini Yoga certifié par le KRI. Il a mené des recherches sur le yoga pour l’insomnie, le stress, les troubles anxieux et le yoga dans les écoles publiques. Il est rédacteur en chef de l’International Journal of Yoga Therapy et The Principles and Practice of Yoga in Health Care et auteur de l’ebook Your Brain on Yoga de la Harvard Medical School.

Teacher

Sign up form for Mexico Hybrid


Sign up form for Mexico Hybrid

Ceci fermera dans 0 secondes