Nikhil Ramburn et Sat Bir Singh Khalsa, Ph.D.

La méditation est une activité cognitive qui nous oblige à concentrer notre attention et notre conscience. La distraction chronique, via la technologie et l’information, est si répandue à l’ère du Verseau que Yogi Bhajan a appelé le phénomène “info-démence”. L’un des antidotes est la pratique régulière de la méditation, qui nous donne les outils cognitifs pour contrôler notre attention. Cela conduit à une meilleure conscience corps-esprit, qui est à son tour associée à de nombreux avantages, notamment une meilleure régulation émotionnelle, une meilleure gestion du stress et une meilleure résilience. Lorsque nous nous engageons dans l’acte de méditation, nous activons les réseaux d’attention du cerveau dans le cortex préfrontal qui inhibent le système limbique responsable de l’émotion, qui est l’une des façons dont nous nous autorégulons. La méditation, comme toute autre activité comportementale, s’améliore grâce à la répétition et à la pratique à mesure que notre cerveau devient plus habile à accomplir la tâche. Nous avons maintenant la technologie pour observer et mesurer objectivement comment l’activité cérébrale des méditants change au fil du temps. Les neuroscientifiques utilisent des outils modernes tels que l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) et la tomodensitométrie d’émission monophotonique (SPECT) pour enregistrer les modifications du flux sanguin cérébral (CBF), qui est un marqueur indirect de l’activité cérébrale.

Avec l’avènement de cette nouvelle technologie, des études de recherche montrent qu’il y a des changements dans les fonctions cérébrales chez les praticiens de la méditation à long terme. Les études de méditation SPECT et IRMf ont mis en évidence des régions du cerveau montrant des changements liés à la conscience corps-esprit, au contrôle de l’attention et à la régulation émotionnelle. Alors que des changements spécifiques dans le CBF et l’activation cérébrale ont été enregistrés chez les méditants pendant la pratique réelle, d’autres études de neuroimagerie ont évalué les effets à long terme de la méditation.

De tels changements à long terme ont été mesurés dans une étude du début de 2007 de l’Université du Wisconsin sur des méditants bouddhistes tibétains avec différents niveaux d’expérience. Les preuves suggèrent qu’une pratique de méditation soutenue peut avoir des changements durables dans l’activité cérébrale. Les chercheurs ont observé une différence subtile et intéressante dans la région caudée, qui est située profondément dans le cerveau près du thalamus et joue un rôle clé dans la prise de conscience soutenue. Au cours des premières minutes de la séance de méditation, les méditants novices et expérimentés avaient une activation caudée accrue. Cependant, au fur et à mesure que la séance de méditation progressait, l’activité caudée diminuait chez les méditants experts. En revanche, les méditants novices n’ont pas montré la même diminution d’activité dans la région caudée. L’augmentation de l’activité caudée est courante chez les méditants novices pendant la respiration consciente ou la conscience du mantra. Il semble qu’à mesure que les méditants progressent, la région caudée ne s’active qu’au début de la pratique. Cela suggère que les pratiquants expérimentés peuvent commencer par concentrer leur esprit, mais accéder ensuite à un état moins concentré et plus transcendantal lorsqu’ils passent à un état de méditation plus profond. Cependant, il convient de faire preuve de prudence en généralisant cette découverte à toutes les pratiques de méditation, car cette différence peut être une caractéristique unique parmi les méditants bouddhistes tibétains.

Dans une recherche ultérieure en 2010 comparant la fonction cérébrale chez les méditants et les non-méditants, Andrew Newberg MD, directeur de recherche au Jefferson-Myrna Brind Center of Integrative Medicine, et ses collègues ont évalué le flux sanguin cérébral (CBF) des personnes à long terme et non méditantes. méditants utilisant l’imagerie SPECT. Les douze méditants à long terme qui ont participé avaient plus de quinze ans de pratique et méditaient pendant 30 à 60 minutes par jour. Dans des expériences où les participants méditaient dans le scanner lui-même, les chercheurs ont découvert que les méditants expérimentés avaient des niveaux de CBF significativement plus élevés dans le cortex préfrontal, le cortex pariétal et caudé. Le lobe frontal en particulier est associé à la capacité d’autorégulation et sous-tend l’attention et la concentration soutenue. Ces différences dans la fonction cérébrale sont en accord avec le phénomène bien documenté selon lequel les méditants à long terme peuvent mieux s’autoréguler, se concentrer et maintenir leur conscience.

Une autre découverte de la même étude a révélé que les méditants à long terme avaient un CBF plus élevé dans les régions du lobe pariétal, même lorsqu’ils étaient au repos ou dans un état non méditatif. L’activité cérébrale normale continue plus élevée chez les méditants à long terme contraste avec les preuves antérieures d’une diminution de l’activité du lobe pariétal pendant la méditation. Les chercheurs expliquent cet écart en spéculant que les praticiens à long terme commencent avec un niveau d’activité plus élevé et subissent ainsi une diminution plus importante de l’activité du lobe pariétal pendant la méditation. Le lobe pariétal est associé à l’espace personnel et a été impliqué dans des expériences hors du corps. Ceci est cohérent avec les méditants avancés rapportant des sentiments de transcendance et de conscience non localisée, où leur expérience semble non liée au corps physique. De plus, les méditants à long terme avaient des niveaux de CBF significativement plus élevés dans le mésencéphale, ce qui est lié au système nerveux autonome. Cette altération de la fonction du cerveau moyen indique des effets profonds sur le système nerveux autonome, qui régule une grande partie des processus vitaux involontaires du corps comme le contrôle de la respiration et de la fonction cardiovasculaire. Des recherches importantes montrent que les méditants à long terme ont la capacité de contrôler les fonctions autonomes que l’on croyait auparavant échapper au contrôle conscient, ce qui est une caractéristique de l’autorégulation.

Une autre question intéressante dans ce domaine concerne le temps nécessaire pour que les changements dans le fonctionnement du cerveau se produisent. Il semble que des changements dans la fonction cérébrale puissent commencer à se produire en aussi peu que 8 semaines de méditation régulière. Une étude ultérieure de Newberg avec Dharma Singh Khalsa, MD, président et directeur médical de la Fondation pour la recherche et la prévention de la maladie d’Alzheimer, et ses collègues ont examiné les niveaux de flux sanguin cérébral (CBF) dans les régions du lobe frontal de 15 sujets atteints de troubles de la mémoire. . En seulement 8 semaines de pratique du Kirtan Kriya (KK), une pratique de méditation bien connue au sein du Kundalini Yoga enseignée par Yogi Bhajan, ces méditants inexpérimentés avaient des niveaux de CBF significativement plus élevés dans leur lobe frontal et leur lobe pariétal supérieur droit que les sujets témoins. Cela a été associé à des améliorations dans plusieurs tests de mémoire ainsi qu’à une amélioration significative des mesures de la fatigue et de l’anxiété. Le fait que Kirtan Kriya ait pu modifier la neurophysiologie cérébrale en seulement 8 semaines montre que la méditation peut rapidement modifier les fonctions cérébrales.

L’observation que l’activité cérébrale des méditants à long terme est différente de celle des non-méditants a des implications importantes pour comprendre la relation entre le cerveau et la méditation. Cependant, ce domaine en est encore à ses balbutiements et les études actuelles sont limitées par la petite taille des échantillons, ce qui réduit la force statistique des résultats et entrave notre capacité à faire des généralisations à travers les styles de méditation. Un autre défi, comme pour toute recherche sur l’activité comportementale, est de déterminer si le sujet médite réellement et réussit ou ne médite pas lorsqu’on lui demande de le faire. Une autre confusion est que les méditants experts considèrent que la méditation imprègne leurs états de conscience quotidiens, brouillant ainsi les frontières entre les états strictement méditatifs et non méditatifs. Enfin, l’environnement bruyant créé par ces scanners lors des expérimentations est aussi un défi pour l’acte de méditation. Cependant, malgré ces faiblesses et limitations expérimentales, il existe maintenant un nombre croissant de recherches montrant que nous pouvons effectivement imaginer et mesurer objectivement les changements de l’activité cérébrale qui se produisent au fil du temps chez les méditants. Les changements de la fonction cérébrale chez les méditants à long terme se reflètent dans les améliorations du comportement et des états mentaux et émotionnels.
Nikhil Rayburn a grandi en pratiquant le yoga sous les manguiers sous les tropiques. Il est professeur certifié de Kundalini Yoga et a enseigné le yoga aux enfants et aux adultes dans le Vermont, le Nouveau-Mexique, le Connecticut, l’Inde, la France et l’île Maurice. Il contribue régulièrement au bulletin d’information du Kundalini Research Institute et explore les recherches actuelles sur le yoga.
www.nikhilyoga.com
Sat Bir Singh Khalsa, Ph.D. est directeur de la recherche du KRI, directeur de la recherche du Kripalu Center for Yoga & Health et professeur adjoint de médecine à la Harvard Medical School. Il pratique un style de vie de Kundalini Yoga depuis 1973 et est un instructeur de Kundalini Yoga certifié par le KRI. Il a mené des recherches sur le yoga pour l’insomnie, le stress, les troubles anxieux et le yoga dans les écoles publiques. Il est rédacteur en chef de l’International Journal of Yoga Therapy et The Principles and Practice of Yoga in Health Care et auteur du livre électronique de la Harvard Medical School. Votre cerveau sur le yoga.

Teacher

Laisser un commentaire