par Nikhil Ramburn et Sat Bir Singh Khalsa, Ph.D.

Les arythmies cardiaques sont un groupe d’affections caractérisées par un rythme cardiaque irrégulier. L’une de ces conditions est la fibrillation auriculaire (FA), qui affecte les cavités supérieures du cœur (les oreillettes). Les battements cardiaques rapides et irréguliers sont la principale cause des symptômes associés à la FA. Ces symptômes comprennent des palpitations, des étourdissements, de l’anxiété et une capacité d’exercice réduite, qui finissent par entraîner une qualité de vie gravement altérée. La FA a tendance à évoluer d’épisodes courts à des crises plus longues et plus fréquentes, bien que les épisodes asymptomatiques soient courants même chez les patients qui présentent régulièrement des symptômes. Les complications médicales courantes comprennent de grandes variations de la pression artérielle et un risque accru d’accident vasculaire cérébral. Quelques facteurs de risque liés au mode de vie ont été identifiés pour la FA, le plus important étant l’hypertension ainsi que l’obésité, l’alcool et la consommation de caféine.

Malgré les progrès récents de la pharmacothérapie, les taux de mortalité liés à l’arythmie ventriculaire et à la FA sont encore élevés et à l’âge de 80 ans, le risque à vie de développer une FA est d’environ 22 %. Il y a une importance épidémiologique croissante de la FA étant donné les rapports prédisant un doublement de la prévalence de la FA d’ici 2050. Le manque actuel de traitement efficace pour la FA exacerbe cette sombre prévision. Le traitement conventionnel est basé sur la pharmacothérapie et les stratégies ablatives/chirurgicales, qui ont toutes deux leurs limites. Le traitement médicamenteux anti-arythmique est associé à un taux de récidive relativement élevé et peut paradoxalement précipiter davantage d’arythmie ventriculaire. D’autre part, l’ablation par cathéter peut supprimer efficacement les premiers stades de la FA (FA paroxystique), mais est difficile à réaliser en cas de FA persistante ou de maladie cardiaque concomitante. Par conséquent, il existe un besoin de thérapies intégratives et complémentaires qui vont au-delà de l’atténuation des symptômes pour traiter les facteurs de risque sous-jacents liés au mode de vie et améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de FA.

La thérapie par le yoga peut s’avérer être l’un de ces traitements complémentaires pour la FA. Le yoga est particulièrement connu pour sa capacité à affecter le système nerveux autonome, y compris l’activité sympathique et parasympathique, ce qui se traduit par un impact positif sur la fréquence cardiaque et la pression artérielle. De plus, il a été démontré que la pratique du yoga réduit le stress et l’anxiété, améliorant ainsi la qualité de vie des patients atteints de FA. Enfin, le yoga a une efficacité potentielle dans la lutte contre les facteurs de risque sous-jacents liés au mode de vie, tels que l’obésité, en améliorant les comportements, notamment l’alimentation et l’activité physique. La pratique du yoga peut également conduire à une réduction de la consommation excessive d’alcool et de caféine en améliorant la conscience du corps physique et en fournissant des outils d’adaptation alternatifs. À la lumière de ces avantages, l’efficacité de la thérapie par le yoga pour la FA a été un traitement alternatif attrayant, d’autant plus qu’il y a très peu d’effets secondaires négatifs, voire aucun, et que le yoga est moins cher que les médicaments ou la chirurgie.

Il existe maintenant un corpus restreint mais croissant de preuves de recherche d’essais cliniques documentant les effets bénéfiques du yoga sur les patients souffrant d’arythmie cardiaque. Une étude de 2012 de l’Université Sant Gadge Baba Amravati en Inde a été la première à présenter des données sur les effets du pranayama (respiration yogique) sur les marqueurs de l’instabilité électrique du myocarde (tissu cardiaque). Les chercheurs ont évalué 27 patients après un programme de 12 semaines de 36 séances de pranayama. L’intensité des exercices a été modifiée et tous les participants ont réussi à terminer l’intervention de pranayama. Les résultats ont montré de nombreuses améliorations prometteuses de la santé cardiovasculaire. Par exemple, la capacité d’exercice a augmenté de 25 % et les indices de dispersion de la repolarisation électrique ventriculaire (un marqueur de dysfonctionnement du tissu cardiaque) ont été nettement réduits. Ce dernier résultat indique une diminution significative du risque d’arythmie ventriculaire et de mort subite d’origine cardiaque chez les patients. Ces améliorations marquées suggèrent que des formes de yoga plus traditionnelles qui incluent le pranayama devraient être prises en compte dans les applications cliniques de thérapie par le yoga.

La première étude à examiner l’impact du yoga chez les patients atteints de FA a été publiée en 2013 dans le prestigieux Journal of the American College of Cardiology. Des chercheurs de l’hôpital et du centre médical de l’Université du Kansas ont évalué 53 patients atteints de FA paroxystique âgés de 18 à 80 ans. Tous les patients ont reçu une formation de yoga Iyengar pendant 60 minutes au moins deux fois par semaine et les séances consistaient en du pranayama, des exercices de yoga physique et de la relaxation. Les résultats ont montré que l’intervention de yoga réduisait considérablement le nombre d’épisodes symptomatiques et améliorait la fréquence cardiaque et la pression artérielle au repos. De plus, les scores de dépression, d’anxiété et de qualité de vie se sont considérablement améliorés, soulignant ainsi l’efficacité du yoga pour traiter les impacts secondaires de la FA sur la santé mentale et physique. Ces premières découvertes soulignent la valeur thérapeutique d’un traitement comportemental peu coûteux et non invasif comme le yoga. Des recherches futures sont nécessaires pour déterminer si les résultats sont applicables à des formes plus chroniques de FA.

Une étude plus récente menée par des chercheurs de la division de médecine cardiovasculaire de l’hôpital Danderyd de Stockholm, en Suède, a été publiée en 2017. Dans cet essai clinique, 80 patients atteints de FA paroxystique ont été assignés au hasard à un groupe témoin de soins standard ou ont reçu un traitement standard en association avec le yoga pendant 12 semaines. L’intervention basée sur le Kundalini Yoga (Mediyoga http://en.mediyoga.com/) a été adaptée aux personnes souffrant de maladies cardiaques et comprenait une respiration profonde suivie de mouvements légers, du Sat Kriya et de la méditation. Les résultats ont montré que le yoga améliorait considérablement les scores de qualité de vie, un résultat important pour cette population de patients. De plus, les scores de fréquence cardiaque et de tension artérielle étaient significativement inférieurs dans le groupe de yoga par rapport à ceux du groupe témoin. Étant donné que l’hypertension est un facteur de risque important pour la FA et que la plupart des patients ont une tension artérielle mal régulée, ces résultats suggèrent que le yoga pourrait s’avérer être un traitement complémentaire important pour cette condition.

Malgré ces résultats préliminaires encourageants démontrant l’efficacité et l’absence d’effets secondaires significatifs des interventions de yoga chez les patients atteints de FA, ils sont basés sur très peu d’essais et davantage d’études avec des échantillons plus importants sont nécessaires pour étayer ces résultats. Des recherches futures sont également nécessaires pour élucider certains des mécanismes sous-jacents aux marqueurs d’instabilité électrique dans le tissu cardiaque et comment la respiration et les exercices yogiques peuvent avoir un impact positif sur l’activité électrique anormale des cellules cardiaques.

Teacher

Sign up form for Mexico Hybrid


Sign up form for Mexico Hybrid

Ceci fermera dans 0 secondes