par Nikhil Ramburn et Sat Bir Singh Khalsa, Ph.D

Parkinson’s Disease
La maladie de Parkinson (MP) est un trouble neurologique progressif caractérisé par des tremblements, une raideur ou des mouvements lents, bien que les symptômes puissent varier considérablement d’un patient à l’autre. Les symptômes peuvent commencer d’un côté du corps et s’aggraver de ce côté, même lorsque les symptômes sont bilatéraux. Les facteurs de risque de la maladie comprennent l’exposition à certaines toxines environnementales, la vieillesse et le fait d’avoir un parent atteint de MP. En fait, les chercheurs ont identifié des mutations génétiques spécifiques qui causent la MP, mais celles-ci sont rares, sauf dans les rares cas de membres de la famille touchés par la maladie. Près d’un million d’Américains vivront avec la MP d’ici 2020, et les hommes sont 1,5 fois plus susceptibles d’avoir la MP que les femmes. Dans la MP, certains neurones du cerveau se décomposent ou meurent progressivement et de nombreux symptômes sont dus à la perte de ces neurones, qui sont responsables de la production d’un messager chimique appelé dopamine. Des amas de substances microscopiques dans les cellules cérébrales appelées corps de Lewy sont également un marqueur important de la maladie. Le traitement pharmacothérapeutique conventionnel est symptomatique et augmente ou remplace la dopamine. Bien que les médicaments aident les patients à gérer leurs problèmes de mouvement et à contrôler les tremblements, l’efficacité des médicaments diminue avec le temps et les effets secondaires comprennent des hallucinations, un gonflement, une miction altérée et des comportements compulsifs.

Puisqu’il n’existe actuellement aucune thérapie pharmacologique éprouvée pouvant modifier ou arrêter la progression de la MP, l’exercice physique peut être un complément viable pour gérer le déclin inhérent de la maladie. Des preuves récentes suggèrent que les patients atteints de MP qui font de l’exercice pourraient ressentir des avantages moteurs tels qu’une amélioration de la mobilité, de l’équilibre et de la vitesse de marche, ainsi que des améliorations non motrices de l’humeur, du sommeil, de la cognition et de la qualité de vie. D’autres thérapies complémentaires telles que le massage, l’acupuncture, la stimulation cérébrale profonde, la thérapie génique et les traitements à base de plantes peuvent offrir des avantages moteurs et non moteurs similaires et atténuer certains effets secondaires induits par les médicaments. En fait, plus de 50 % des patients parkinsoniens aux États-Unis utilisent des thérapies complémentaires ou alternatives en plus ou à la place du traitement conventionnel. Le yoga et la méditation comptent parmi les modalités les plus utilisées. Notamment, l’efficacité perçue de la méditation est frappante, 85 % des patients trouvant cette pratique utile pour réduire les symptômes de stress, de tremblement, de tension musculaire, d’anxiété et pour améliorer la clarté de la pensée. Étant donné que le yoga combine la méditation et les bienfaits physiques de l’exercice et de la régulation de la respiration, il peut s’avérer être un traitement complémentaire efficace à la MP, certain d’être au moins aussi efficace que la méditation seule.

Dans un premier essai pilote randomisé contrôlé (ECR) à l’Université du Kansas, treize patients présentant des stades légers et modérés de MP ont été assignés au hasard à une intervention de yoga ou à un groupe témoin. L’intervention consistait en des séances bihebdomadaires pendant 12 semaines. Les chercheurs ont découvert qu’en aussi peu que 6 semaines, les scores des patients sur l’échelle d’évaluation unifiée de la maladie de Parkinson (UPDRS), une mesure clinique de la qualité de vie (QOL) liée à la santé, étaient significativement améliorés. Cette amélioration des scores UPDRS pourrait s’expliquer par une amélioration des symptômes moteurs tels qu’une diminution des chutes et un meilleur équilibre ainsi que des symptômes non moteurs tels qu’une diminution de l’anxiété et du stress. Compte tenu de la nature progressive de la MP, l’absence de détérioration des symptômes autodéclarés et l’amélioration des résultats cliniques suggèrent que le yoga peut être une intervention efficace.

Des chercheurs du laboratoire de Joseph Signorile à l’Université de Miami ont cherché à déterminer comment le yoga se comparerait à l’exercice. Quarante et un (41) patients atteints de MP ont été assignés au hasard à une intervention d’entraînement en puissance (PWT), à un programme de yoga à grande vitesse ou à un groupe témoin sans exercice. Le groupe de yoga a pratiqué pendant une heure, deux fois par semaine pendant 12 semaines, et les participants ont tenu une pose statique pendant une respiration avant de passer rapidement aux poses suivantes de la série. Les chercheurs n’ont trouvé aucune différence entre le groupe yoga et le groupe PWT, mais les deux programmes ont considérablement amélioré les performances physiques sur une variété de mesures de résultats telles que l’équilibre, la vitesse de marche et les risques de chute chez les patients PD plus âgés (60-90 ans). Une autre étude du laboratoire de Signorile a également révélé que trois mois d’un programme de yoga Power Vinyasa étaient associés à une vitesse de mouvement accrue, à une rigidité articulaire moindre, à une force musculaire accrue et à une amélioration des scores de qualité de vie. Compte tenu de ces résultats et du niveau exceptionnel d’adhésion à l’exercice, cette forme de power yoga pourrait être une intervention viable pour augmenter la fonction physique chez les patients atteints de MP.

Des études supplémentaires soutiennent l’utilisation thérapeutique du yoga comme intervention de réadaptation pour les personnes atteintes de MP. Dans un ECR pilote de 2018, les patients ont reçu une intervention de Hatha Yoga de huit semaines qui comprenait des postures, la respiration yogique (pranayama) et la méditation. Contrairement à la recherche mentionnée précédemment, la respiration dans cette intervention était lente et concentrée, et les postures étaient maintenues pendant plusieurs respirations. Les résultats quantitatifs sont cohérents avec les études précédentes telles que l’amélioration de l’équilibre, de la fonction motrice et de la démarche. De plus, les rapports qualitatifs supplémentaires obtenus suggèrent une amélioration de la mobilité à domicile et dans la communauté, la formation de nouvelles relations de soutien et une plus grande facilité à s’habiller. Cette étude soutient en outre l’inclusion d’une intervention de yoga en tant que réadaptation communautaire pour les personnes atteintes de MP.

Des études récentes de Cheung et al. à l’Université du Minnesota s’est concentré sur la détermination de la sécurité et de la faisabilité des interventions de yoga pour les patients atteints de MP. Étant donné qu’un risque accru de chute accompagne souvent la progression de la MP, Cheung et al. a conçu une intervention de 12 semaines de cours de yoga deux fois par semaine pour répondre aux préoccupations uniques de la population PD. Par exemple, les postures axées sur l’augmentation de l’amplitude des mouvements de la colonne vertébrale, des hanches et des ceintures scapulaires, qui sont particulièrement affectées par les symptômes moteurs de la MP. De plus, pour améliorer l’équilibre et la sécurité, tous les tapis ont été positionnés sur les bords de la pièce à côté des murs du studio afin que les patients aient un soutien supplémentaire pour les transitions et les poses debout. Les chercheurs ont jugé le programme faisable avec 90% des participants assistant à plus de 75% des cours et quatre participants sur 19 ont assisté à tous les cours. De plus, comme aucun événement indésirable n’a été signalé, les yogathérapeutes qui cherchent à mettre en œuvre le yoga pour les patients atteints de MP peuvent prendre en compte les précautions de sécurité utilisées dans cette intervention. Dans une autre étude, ils se sont attachés à déterminer l’effet du yoga sur le stress oxydatif puisque ce dernier joue un rôle important dans la dégénérescence des neurones dopaminergiques dans la MP. Bien que les participants à l’intervention de yoga de 12 semaines aient eu une bonne observance et qu’ils aient déclaré qu’ils avaient “vraiment apprécié” les cours, il n’y avait pas de différence majeure dans les marqueurs de stress oxydatif entre le groupe d’intervention et le groupe témoin.

Malgré ces résultats encourageants, des recherches supplémentaires avec des échantillons plus importants sont nécessaires pour découvrir les mécanismes sous-jacents de l’action du yoga et pour déterminer l’impact du yoga sur le stress oxydatif chez les patients atteints de MP. Un essai à venir comparant le yoga aux étirements et à l’entraînement en résistance s’est récemment achevé en mars 2018. La principale mesure de résultat de cette étude sera le niveau de détresse psychologique mesuré à l’aide de l’échelle d’anxiété et de dépression hospitalière et nous aidera donc à élargir notre compréhension de la capacité du yoga à traiter la détresse psychologique chez les patients atteints de maladies neurodégénératives chroniques.

Nikhil Rayburn
Nikhil Rayburn a grandi en pratiquant le yoga sous les manguiers sous les tropiques. Il est professeur certifié de Kundalini Yoga et a enseigné le yoga aux enfants et aux adultes dans le Vermont, le Nouveau-Mexique, le Connecticut, l’Inde, la France et l’île Maurice. Il contribue régulièrement au bulletin d’information du Kundalini Research Institute et explore les recherches actuelles sur le yoga.

Sat Bir Singh Khalsa, Ph.D.
Sat Bir Singh Khalsa, Ph.D. est directeur de la recherche du KRI, directeur de la recherche du Kripalu Center for Yoga & Health et professeur adjoint de médecine à la Harvard Medical School. Il pratique un style de vie de Kundalini Yoga depuis 1973 et est un instructeur de Kundalini Yoga certifié par le KRI. Il a mené des recherches sur le yoga pour l’insomnie, le stress, les troubles anxieux et le yoga dans les écoles publiques. Il est rédacteur en chef de l’International Journal of Yoga Therapy et The Principles and Practice of Yoga in Health Care et auteur de l’ebook Your Brain on Yoga de la Harvard Medical School.

Laisser un commentaire