Bien que le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) ne soit plus l’épidémie mondiale potentiellement mortelle qu’il était il y a quelques décennies et qu’il ait disparu de l’attention médiatique qu’il avait autrefois, il reste une maladie répandue et mortelle qui exige de l’attention et des ressources. Le VIH affaiblit le système immunitaire d’une personne en détruisant les lymphocytes T CD4, qui combattent les maladies et les infections. S’il n’est pas traité, le VIH évolue vers le syndrome d’immunodéficience acquise (SIDA) en 10 à 12 ans environ. Les scientifiques pensent que le VIH est peut-être passé des singes aux humains dès la fin des années 1800, bien que 1981 marque le premier rapport officiel de ce qui est devenu connu sous le nom d’épidémie de SIDA. Le virus se transmet par contact avec du sang, du sperme ou des sécrétions vaginales infectés. Par conséquent, les personnes qui adoptent des comportements à risque tels que des rapports sexuels non protégés avec plusieurs partenaires ou des toxicomanes qui partagent des seringues courent un risque plus élevé de contracter le VIH. Ces raisons font également des prisons des environnements à haut risque pour la transmission du VIH. De plus, le stress, qui compromet les voies immuno-neuroendocrines, peut entraîner une plus grande réplication du virus VIH et une progression plus rapide de la maladie.

Actuellement, environ 36,7 millions de personnes dans le monde vivent avec le VIH et, en 2014, il s’agissait de la 8e cause de décès chez les personnes âgées de 25 à 34 ans. Les traitements pharmacologiques tels que la thérapie antirétrovirale (ART) ralentissent la progression de la maladie, augmentant à la fois l’espérance de vie et la qualité de vie. Cependant, les médicaments contre le VIH ont des effets secondaires importants qui vont des éruptions cutanées, de l’anémie, des nausées et de la diarrhée à une grave insuffisance hépatique ou rénale. La psychothérapie est également recommandée pour aider à réduire la qualité de vie, car les sentiments de désespoir, de dépression et de stress sont courants chez les patients séropositifs.

Jusqu’à 74 % des personnes vivant avec le VIH recherchent également des thérapies complémentaires pour gérer les symptômes du VIH ou les effets secondaires des médicaments. L’une de ces thérapies est le yoga, qui a été associé à la réduction de la détresse psychologique, à l’augmentation du nombre de lymphocytes T et à l’amortissement du déclin des lymphocytes T CD4. Le yoga est bien connu pour sa capacité à diminuer l’activation du stress à la fois dans le système autonome via une réduction de l’activité sympathique, et également dans l’axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien via une réduction des niveaux de cortisol. Les preuves suggèrent que des niveaux élevés de cortisol peuvent améliorer la réplication virale et conduire à une progression plus rapide de la maladie du VIH. L’augmentation de la charge virale peut également inhiber la formation de nouvelles cellules sanguines indifférenciées (cellules souches hématopoïétiques) et le yoga semble jouer un rôle dans la restauration des niveaux normaux d’hématopoïèse grâce à la régulation potentielle de l’expression des gènes et d’autres mécanismes inconnus. Le yoga améliore également la qualité de vie et augmente l’auto-efficacité en permettant aux patients de jouer un rôle plus actif dans leur traitement. La composante spirituelle du yoga est un avantage supplémentaire qui peut améliorer le bien-être psychologique des personnes atteintes de maladies chroniques.

Ces mécanismes peuvent aider à expliquer les récentes découvertes encourageantes du yoga pour la recherche sur le VIH. En 2016, des chercheurs de l’École de yoga et des sciences de la vie de l’Université S-VYASA de Bengaluru, un institut de recherche sur le yoga de premier plan en Inde, ont étudié 44 patients séropositifs qui ont été randomisés dans une intervention de yoga ou dans un groupe témoin. L’intervention de yoga d’une heure comprenait des postures physiques, la respiration, la relaxation et la méditation, pratiquées 6 jours par semaine pendant un mois. Le groupe de contrôle a poursuivi sa routine quotidienne au centre de réhabilitation du VIH. À la fin de l’étude, les sujets témoins présentaient une augmentation des scores d’anxiété et de dépression ainsi qu’une réduction du nombre de cellules CD4, bien que ces changements n’aient pas été statistiquement significatifs. D’autre part, les participants au yoga ont montré une réduction significative des scores de dépression et une augmentation significative du nombre de cellules CD4 par rapport au groupe témoin. Par conséquent, il semble qu’un seul mois de pratique du yoga soit suffisant pour réduire la dépression et améliorer l’immunité chez les patients adultes séropositifs.

Une autre étude pilote récente a été publiée dans le Journal of Complementary and Alternative Medicine en 2015. Des chercheurs du Miami Center for AIDS research, à l’Université de Miami, en Floride, ont examiné 24 patients séropositifs qui consomment également du crack. Les sujets ont été affectés soit à une intervention de Yoga Méditation (YM), soit à un groupe témoin sans contact. Le groupe YM a participé à deux séances hebdomadaires de 60 minutes qui comprenaient des mouvements yogiques, la respiration, la méditation et la relaxation Yoga Nidra. L’intervention a duré 2 mois et les chercheurs ont conclu que le programme était acceptable et faisable avec 89% d’assiduité globale et 83% de participation aux séances de yoga. Bien que les participants YM aient montré de modestes améliorations sur leurs scores de qualité de vie (QOL), leurs niveaux de cortisol salivaire n’ont pas changé. Les chercheurs attribuent cette anomalie à la nature de la sous-population (cocaïnomanes séropositifs), à la petite taille de l’échantillon et à la courte durée d’intervention. Cependant, des améliorations significatives sur l’échelle de stress perçu et l’échelle d’impact des événements (variables de la qualité de vie) sont dignes de mention. Étant donné que ces deux échelles mesurent le stress et la réponse aux événements stressants/traumatiques, ces résultats positifs suggèrent qu’une intervention plus longue pourrait encore améliorer la qualité de vie dans cette population.

Malgré les résultats encourageants de ces premières études, leur force est limitée en raison des limitations de la conception de la recherche de la petite taille des échantillons, des temps d’intervention courts et du manque de groupes de contrôle actifs. Des essais contrôlés randomisés (ECR) plus importants sont nécessaires pour ajouter de la puissance statistique et mieux comprendre les mécanismes sous-jacents à l’efficacité des interventions de yoga pour les patients atteints du VIH. Une nouvelle étude passionnante à Halifax, au Canada, évaluera les effets d’une intervention de yoga communautaire de 12 semaines sur la cognition, l’équilibre, la santé mentale et la qualité de vie chez 30 patients atteints du VIH. Des recherches continues et de nouvelles études permettront d’approfondir notre compréhension du potentiel thérapeutique du yoga pour les patients atteints du VIH et de mettre en évidence les mécanismes sous-jacents aux avantages observés.

Teacher

Sign up form for Mexico Hybrid


Sign up form for Mexico Hybrid

Ceci fermera dans 0 secondes