L’argent et la relation saine entre l’élève et l’enseignant

Du Bureau de l’éthique et des normes professionnelles

Transformer l’enseignement du yoga en une entreprise commerciale prospère peut être un art complexe à maîtriser en soi…. et décider de son point de vue philosophique et éthique sur le développement d’une plateforme de yoga entrepreneuriale peut soulever de nombreuses questions difficiles. Les points de vue sur le service, par exemple, ce qu’il faut donner et ce qu’il faut garder pour soi, sont autant de questions à envisager dans une société qui peut privilégier la richesse matérielle au détriment des objectifs altruistes.

Cet article a pour but d’explorer ce sujet sous différents angles, en considérant les droits d’un étudiant en yoga et le droit d’un professeur de gagner et de faire payer son temps et son expertise.

Les enseignants peuvent se tourner vers leur propre boussole intérieure, s’appuyer sur les conseils de la profession dans le code d’éthique et s’appuyer sur les huit membres du yoga pour comprendre les complexités de l’argent et du yoga dans le monde moderne.

Différentes approches à envisager

Du point de vue de l’enseignement, les professeurs sont bien avisés de garder à l’esprit qu’ils occupent automatiquement un siège d’influence en tant qu'”expert en yoga” ou même “professeur spirituel” auprès des étudiants de leur classe et de leur communauté élargie. Souvent, cela peut déclencher chez les élèves le désir de gagner les faveurs de l’enseignant. Réfléchissons à l’impact que cela peut avoir sur l’élève…

Pensez à un moment où vous avez commencé à étudier le yoga. Vous rappelez-vous avoir voulu être remarqué par votre professeur ? Pour être en compagnie de votre professeur ? Ou pour faire une impression positive sur eux par votre participation avide ? Ces sentiments ont-ils contribué à votre décision d’acheter des cours ou des articles ? Si c’est le cas, ne vous inquiétez pas ! Ce sont des tendances humaines naturelles, mais ces types de sentiments peuvent rendre un étudiant vulnérable à l’exploitation. Les enseignants doivent veiller à ne pas tirer profit de leur plateforme entrepreneuriale unique et à garder une marge de manœuvre étroite, en particulier lorsqu’ils font du yoga leur principale source de revenus. L’élève ne doit jamais avoir le sentiment d’être obligé d’acheter à l’enseignant ; il doit toujours s’agir d’un choix libre de toute influence manifeste.

Examinons un exemple de ce déséquilibre de pouvoir et les multiples façons dont l’aspect financier peut apparaître dans une relation professeur-étudiant de yoga.

Enseignement et vente

Janet tient un stand à un festival de yoga où elle vend des bijoux spirituels, des huiles essentielles et des abonnements à son programme de coaching de yoga en ligne. Son amie Amélie passe et lui demande : “Comment se portent tes ventes ?” Janet exprime sa consternation. Elle n’a vendu que quelques articles et personne ne s’est encore inscrit à son coaching en ligne ! Amélie réprimande son amie en disant : “Tu t’es inscrite pour donner un cours ici cette année ou tu passes tout ton temps à ton stand ? Personne ne s’engagera avec vous si vous n’êtes pas sur la scène, vous savez. Quand ils vous voient là-haut, vous passez à un niveau supérieur ! J’ai même eu des étudiants qui ont approché après avoir enseigné, me demandant des informations sur ma prochaine retraite !

Dans son commentaire, on peut voir l’importance des “clients” qui apprennent à connaître et à reconnaître un enseignant et comment un enseignant pourrait facilement utiliser cette plateforme pour exercer une influence indue et manipuler les étudiants afin qu’ils achètent des articles accessoires ou des cours. Aussi excellents que soient ces produits, les étudiants ont le droit de choisir d’acheter ou de participer sans aucune contrainte.

Au festival suivant, Janet dirige un cours convaincant pour les débutants. Après le cours, elle annonce que les étudiants peuvent s’arrêter à son stand s’ils le souhaitent pour bénéficier d’une réduction spéciale sur ses articles. Janet les invite également à laisser leur adresse électronique lors de leur passage s’ils souhaitent rester en contact. Jusqu’à présent, tout va bien ! Elle n’a exercé aucune pression et, dans les deux cas, a laissé l’invitation à participer ouverte.

Mais après le cours, de retour à son stand, Janet dit aux nouveaux étudiants admiratifs qui affluent vers son stand que ses malas spéciaux sont les seuls du bazar fabriqués “correctement” et qu’ils ne doivent pas acheter chez les autres vendeurs, sinon leur kundalini pourrait tourner à l’envers ! Nombreux sont ceux qui considèrent cette démarche comme manipulatrice, voire ridicule, mais certains élèves se laissent facilement entraîner par le discours commercial, poussés aussi par le désir inconscient de plaire à Janet et de l’impressionner, elle qui venait de donner un cours si stimulant.

Les enseignants peuvent réfléchir aux choix subtils (et moins subtils) qu’ils font en matière de langage. Comment peuvent-ils informer les élèves des possibilités utiles d’apprendre et de se développer tout en les aidant à prendre leurs propres décisions à partir d’un lieu de libre arbitre et de libre choix ? Mettez-vous à l’abri de tout type de pression ou de désinformation (ou de mensonge pur et simple !) et gardez votre communication et vos transactions propres.

Cette histoire illustre l’une des nombreuses façons dont un enseignant peut exercer une influence indue.

Passons maintenant au Code d’éthique pour comprendre comment éviter ce genre de comportement d’exploitation :

Pas de pression

Les enseignants doivent, dans toutes les activités de marketing et de promotion de produits, classes, activités et services, maintenir l’intégrité et le respect du droit des étudiants à recevoir des enseignements et à participer sans pression d’aucune sorte, y compris : pression financière ou pression sociale, par exemple, attente d’inclusion (ou d’exclusion). ou promesses d’un statut spécial (ou moindre), par participation/achat (ou non).

Les transactions professionnelles (qu’il s’agisse de marketing ou de vente, ou d’une relation seva/travail) ne doivent pas être vécues par l’étudiant comme une pression ou une contrainte. Par exemple, il est normal qu’un enseignant fasse la promotion de ses services professionnels de manière à ce que les étudiants soient informés et aient le sentiment de pouvoir choisir librement (par exemple, sans conséquence).

Extrait de la politique de KRI sur les relations respectueuses entre élèves et enseignants.

“Aparigraha” et le concept de “non saisie”.

De nombreux enseignants admettent qu’il leur arrive de compter les dollars lorsque les élèves entrent dans la classe. Aussi affreux que cela puisse paraître, c’est une réalité si un enseignant dépend de son revenu d’enseignement pour payer son loyer et ses factures. Qu’est-ce qui peut aider à prévenir cet état d’esprit ? Une solution consiste à créer d’autres types de revenus, afin d’éviter cette dépendance.

Conformément aux enseignements, les enseignants sont encouragés à ne pas dépendre uniquement, sur le plan financier, de l’enseignement du Kundalini Yoga (donc de leurs élèves) afin de maintenir la neutralité, l’intégrité et le meilleur intérêt des élèves.

Extrait de la politique de KRI sur les relations respectueuses entre élèves et enseignants.

Comprendre les codes moraux du yoga à travers les huit membres (les yamas et niyamas – ou “ce qu’il faut faire” et “ce qu’il ne faut pas faire”) aide à gérer sa situation financière avec une retenue éthique. Par exemple, nous pouvons, grâce à notre créativité et à notre capacité d’auto-organisation, planifier nos vies de manière à ce que l’enseignement génère un surplus de revenus et ne soit pas la principale source de revenus. De même, les enseignants peuvent choisir de “donner” certaines parties de leur enseignement en tant que service communautaire, afin de rendre le yoga accessible à tous les types de milieux socio-économiques. Ce type de don aide l’enseignant à s’identifier à l’aparigraha ou “non-agression”, l’un des cinq yamas.

Aparigraha et le concept de non-avidité promeuvent les idées de vivre selon ses moyens et d’éviter les excès promus par une société matérialiste. Le “lâcher prise” de l’aparigraha offre au professeur de yoga une protection supplémentaire dans la relation élève-professeur, où le professeur respecte chaque élève d’une manière “non avide”, en se rapportant à chaque élève en tant qu’individu et non en tant que source de revenu.

La priorité d’un enseignant doit être axée sur la croissance de l’élève et le soutien de sa conscience la plus élevée. Pourtant, les enseignants peuvent donner l’exemple de valeurs éthiques en faisant preuve de respect à la fois pour l’élève et pour eux-mêmes. Les professeurs de yoga sont encouragés à valoriser leur propre temps, leur énergie et leur expertise ! De nombreuses personnes, y compris les professeurs de yoga, sont confrontées à des problèmes d’estime de soi et hésitent sur le montant à facturer. Mais les anciens yamas contiennent des principes de respect de soi, tant pour soi-même que pour les autres. Se valoriser en tant qu’enseignant et facturer son temps à sa juste valeur est totalement différent des pratiques cupides consistant à faire pression sur les étudiants ou à utiliser son rôle pour son propre bénéfice plutôt que pour le leur.

Conclusion

Il n’y a pas une seule bonne réponse ici. Il peut y avoir de nombreuses approches qui semblent mauvaises à un enseignant et d’autres qui semblent bonnes. En explorant attentivement et en s’engageant à respecter les codes éthiques contenus dans les 8 membres et le code d’éthique actuel de KRI, les enseignants peuvent ouvrir la voie à la vérité et à l’équité envers les étudiants, tout en honorant le temps et l’expertise de l’enseignant.

En fin de compte, c’est aux enseignants qu’il incombe de faire le tri parmi les nombreux choix qui s’offrent à eux dans le monde des affaires et d’offrir un contenant sûr et respectueux qui n’objective pas l’élève et ne l’influence pas indûment.

Teacher

Laisser un commentaire