Une intervention de kundalini yoga augmente le volume de l’hippocampe chez les adultes plus âgés :
Un essai pilote randomisé et contrôlé

Marim Ibrahim1, Joseph Therriault2, Vasavan P Nair3, Elena Dikaios4, Pedro Rosa-Neto5, Ishan C Walpola6, Soham Rej1, Michael Lifshitz7
1 Groupe de recherche Geri-PARTy, Hôpital général juif ; Département de psychiatrie, Université McGill, Montréal, QC, Canada
2 Laboratoire de neuroimagerie translationnelle, Centre de recherche de l’Université McGill pour les études sur le vieillissement, Unité de recherche sur la maladie d’Alzheimer, Institut de recherche Douglas, Le Centre Intégré Universitaire de santé et de Services Sociaux (CIUSSS) de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal ; Département de neurologie et de neurochirurgie, de psychiatrie et de pharmacologie et thérapeutique, Université McGill, Montréal, Canada.
3 Département de psychiatrie, Université McGill ; Institut universitaire en santé mentale Douglas, Montréal, QC, Canada
4 Département de psychologie de l’éducation et du conseil, Université McGill, Montréal, QC, Canada
5 Laboratoire de neuroimagerie translationnelle, Centre de recherche de l’Université McGill pour les études sur le vieillissement, Unité de recherche sur la maladie d’Alzheimer, Institut de recherche Douglas, Le Centre Intégré Universitaire de santé et de Services Sociaux (CIUSSS) de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal ; Département de neurologie et de neurochirurgie, de psychiatrie et de pharmacologie et thérapeutique, Université McGill ; Institut neurologique de Montréal, Montréal, Canada.
6 Brain and Mind Centre et School of Medical Sciences, Faculté de médecine, Université de Sydney, Sydney, Australie
7 Département de psychiatrie, Université McGill ; Institut Lady Davis pour la recherche médicale, Hôpital général juif, Montréal, QC, Canada

Cliquez sur ici pour l’adresse de correspondance et l’e-mail

Date de soumission08-Feb-2022
Date de la décision24 juin 2022
Date d’acceptation06-Jul-2022
Date de publication sur le Web5 septembre 2022

Résumé

Contexte : Dans une population qui vieillit rapidement, il existe un besoin accru d’interventions neuroprotectrices favorisant un vieillissement neurologique sain. Les interventions psychocorporelles, telles que le yoga Kundalini, sont activement explorées en tant que moyens accessibles d’encourager un vieillissement sain. Cependant, on sait encore peu de choses sur les effets neurobiologiques du yoga Kundalini. Objectifs : Cet essai pilote randomisé et contrôlé (RCT) a examiné les effets neuroprotecteurs potentiels du yoga Kundalini chez les personnes âgées. Méthodes : Nous avons mené un ECR avec 11 adultes âgés en bonne santé et naïfs de méditation. Les participants ont été répartis au hasard entre une intervention de yoga Kundalini et une intervention de psychoéducation. Des données d’imagerie par résonance magnétique structurelle ont été obtenues au début de l’étude et après 12 semaines de suivi. Le principal critère de jugement était le volume de matière grise des hippocampes bilatéraux et du cortex cingulaire postérieur bilatéral. Résultats : Nous avons constaté une augmentation significative du volume de l’hippocampe droit spécifique au groupe de yoga Kundalini (P = 0,034, ηp2 = 0,408). Conclusions : Ces résultats apportent un premier soutien neurobiologique aux effets neuroprotecteurs du yoga Kundalini.

Mots-clés : Volume de matière grise, yoga Kundalini, intervention corps-esprit, neuro-imagerie, vieillissement neurologique.

Comment citer cet article :
Ibrahim M, Therriault J, Nair VP, Dikaios E, Rosa-Neto P, Walpola IC, Rej S, Lifshitz M. Kundalini Yoga Intervention Increases Hippocampal Volume in Older Adults : A Pilot Randomized Controlled Trial. Int J Yoga 2022;15:158-62
Comment citer cette URL :
Ibrahim M, Therriault J, Nair VP, Dikaios E, Rosa-Neto P, Walpola IC, Rej S, Lifshitz M. Kundalini Yoga Intervention Increases Hippocampal Volume in Older Adults : A Pilot Randomized Controlled Trial. Int J Yoga [serial online] 2022 [cited 2022 Sep 12];15:158-62. Disponible sur : https://www.ijoy.org.in/text.asp?2022/15/2/158/355600

Introduction

Compte tenu du vieillissement rapide de la population, il est urgent d’explorer les interventions de protection contre le déclin cognitif lié à l’âge. Les interventions de yoga se sont avérées faisables, sûres et efficaces dans la prévention du déclin cognitif et ont montré des effets neuroprotecteurs potentiels. [Le yoga Kundalini intègre la méditation, les postures de yoga et les exercices de respiration (pranayama). Il a été signalé qu’il favorise un vieillissement neurologique sain. Par exemple, il a été démontré qu’un programme de yoga Kundalini de 12 semaines améliorait les fonctions exécutives et la mémoire chez les personnes âgées(n = 81) souffrant de troubles cognitifs légers (MCI).[3] Une autre étude a montré qu’un programme de méditation Kirtan Kriya de 8 semaines (dérivé du yoga Kundalini) améliorait l’humeur et diminuait l’anxiété chez des participants adultes âgés(n = 15) souffrant de pertes de mémoire.[4] Les avantages cliniques et neurologiques du yoga Kundalini semblent prometteurs.

Cependant, les effets neurobiologiques du yoga Kundalini restent peu étudiés, aucune étude publiée n’ayant examiné la neurobiologie structurelle chez des adultes âgés en bonne santé. Ainsi, nous rapportons ici les résultats d’un essai pilote randomisé et contrôlé (ECR) examinant les effets neurobiologiques d’une intervention de yoga Kundalini de 12 semaines, comparée à une intervention de psychoéducation de 10 semaines, chez des adultes âgés en bonne santé. En particulier, nous avons examiné les effets du yoga Kundalini sur le volume de matière grise (VGM) de l’hippocampe et du cortex cingulaire postérieur (CCP), deux régions du cerveau dont l’atrophie est associée au déclin cognitif dans le vieillissement neurotypique et au début de la maladie d’Alzheimer.[5]

Méthodes

Participants

Quatorze participants ont été randomisés, sept d’entre eux étant affectés au yoga Kundalini et sept à la psychoéducation. [Figure 1]. Trois participants se sont retirés de l’intervention de psychoéducation, déclarant qu’ils auraient préféré faire partie du groupe de yoga. Onze participants ont terminé l’étude(n = 7 yoga, n = 4 psychoéducation).

Figure 1 : Nombre de participants dépistés, recrutés et randomisés

Les participants étaient âgés de 62 à 74 ans(M = 66,4, écart-type [SD] = 3,1) avec des scores au Mini-Mental State Exam (MMSE) compris entre 28 et 30(M = 29,7, écart-type = 0,6). Dans le groupe de yoga, les participants étaient âgés de 62 à 74 ans (M = 66,86, ET = 3,761), 57,1 % étaient des hommes et 42,9 % ont déclaré souffrir d’un problème de santé (par exemple, un taux de cholestérol élevé, des antécédents de dépression majeure, d’incontinence urinaire et d’hypertension artérielle qui était contrôlée) et prendre des médicaments (par exemple, des médicaments pour la tension artérielle). Dans le groupe de psychoéducation, les participants étaient âgés de 64 à 67 ans(M = 65,50, ET = 1,291), 50,0 % étaient des hommes et 25,0 % ont déclaré avoir un problème de santé (infarctus du myocarde antérieur et hypertension artérielle en cours de contrôle) et prendre des médicaments contre l’hypertension. Aucune différence de base significative n’a été trouvée entre les groupes pour l’âge, les scores MMSE ou le GMV des ROIs(Ps > 0.35). Nous avons constaté que tous les scanners étaient sans particularité (scores de Schentens ≤1) après avoir évalué les images pour les hyperintensifications de la substance blanche et l’atrophie de la formation hippocampique.

Les participants ont été recrutés par le biais d’annonces dans les journaux et à l’Institut universitaire en santé mentale Douglas (Montréal, Canada). Les participants ont été présélectionnés pour s’assurer qu’ils étaient éligibles pour l’étude sur la base des critères d’inclusion et d’exclusion. Ce processus de sélection comprenait l’administration du MMSE pour évaluer le fonctionnement cognitif avant la participation.[6] Nous avons exclu les participants ayant une expérience préalable de la méditation, consommant régulièrement de l’alcool ou du tabac, présentant des contre-indications à l’imagerie par résonance magnétique (IRM), un diabète, une maladie cardiovasculaire ou respiratoire, ou toute maladie psychiatrique/neurologique active.

Un consentement éclairé écrit a été obtenu de tous les participants. Le protocole de l’étude a été approuvé par le bureau d’éthique et de recherche du Centre Intégré Universitaire de Santé et de Services Sociaux de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal (CIUSSS-ODIM)/Institut Douglas et était conforme à la déclaration d’Helsinki de 1975.

Groupes d’intervention

Les participants ont été randomisés 1:1 pour une intervention de yoga Kundalini ou une intervention de psychoéducation. Les participants ont été appariés entre les groupes pour le sexe et l’âge. Les sessions étaient animées par des intervenants formés à l’Institut universitaire en santé mentale Douglas. L’intervention de yoga Kundalini a duré 12 semaines, et l’intervention de psychopédagogie a duré 10 semaines. L’écart dans la durée du programme est dû à des complications d’emploi du temps, l’intervenant dirigeant le groupe de psychoéducation n’ayant pas été en mesure d’assurer une durée de 12 semaines. Chaque groupe avait une session par semaine qui durait 2 heures. Les interventions ont été menées de manière bilingue en français et en anglais.

L’intervention de yoga Kundalini a été personnalisée pour la sécurité des participants et comprenait un mélange de postures, de pranayama et de méditation. En outre, les participants étaient encouragés à s’entraîner à la maison pendant 30 minutes par jour.

L’intervention de psychoéducation consistait en un programme de psychoéducation dans lequel les participants recevaient des informations sur la mémoire et le vieillissement sain. Chacune des séances hebdomadaires comprenait un apprentissage de la mémoire prospective, de la mémoire de travail et des fonctions exécutives telles que la résolution de problèmes et la prise de décision. Comme pour l’intervention de Kundalini Yoga, les participants du groupe de psychoéducation ont été encouragés à faire des devoirs pendant 30 minutes par jour.

Acquisition de l’imagerie par résonance magnétique structurelle

Un examen IRM structurel a été réalisé avant et après la participation à l’intervention. Un examen IRM structurel a été réalisé avant et après la participation à l’intervention. Nous avons utilisé une séquence pondérée en T1. Les images ont été acquises sur un 3T Siemens Magnetom en utilisant une bobine de tête standard. Une séquence d’IRM volumétrique à écho de gradient rapide avec préparation de la magnétisation (TR : 2300 ms, TE : 2,98 ms) a été utilisée pour obtenir une image anatomique haute résolution du cerveau entier, pondérée en T1 (angle de bascule de 9 degrés, orientation sagittale, résolution dans le plan de 1 mm × 1 mm et épaisseur de la dalle de 1 mm). Une technique d’acquisition parallèle de GRAPPA a été utilisée.

Traitement et analyse des données

Les données d’IRM structurelle ont été obtenues au départ et à 12 semaines. Nous avons calculé le GMV dans quatre régions d’intérêt prédéterminées (hippocampe gauche et droit et PCC gauche et droit) en utilisant le pipeline de prétraitement standard et la boîte à outils de morphométrie basée sur les voxels dans SPM12.[7] Les régions d’intérêt ont été définies sur la base de l’atlas de Desikan-Killiany-Tourville.[8] L’algorithme DARTEL a été utilisé pour normaliser spatialement les scans. Nous avons enregistré spatialement et segmenté les scans en matière grise, matière blanche et liquide céphalo-rachidien en utilisant les cartes de probabilité tissulaire dans SPM12. Le volume intracrânien total a été calculé et les données ont été lissées à l’aide d’un noyau gaussien de 8 mm de largeur à mi-hauteur. La taille finale du voxel était de 1,5 × 1,5 × 1,5 mm.

Pour chaque région d’intérêt, nous avons effectué une ANOVA à deux voies à mesures répétées pour examiner les effets de la condition (yoga Kundalini contre psychoéducation) et du temps (ligne de base contre post-intervention) sur le volume en utilisant JASP(https://jasp-stats.org/). Un alpha de 0,05 a été utilisé pour les tests statistiques. Le test de Levene pour l’égalité de la variance a été utilisé pour s’assurer que l’hypothèse d’homogénéité était respectée pour chaque région d’intérêt. Tous les participants qui ont terminé l’étude ont été inclus dans l’analyse des données.

Résultats

Une ANOVA groupe par groupe de temps a donné un effet d’interaction significatif sur le volume de l’hippocampe droit (F (1,9) = 6,210, P = 0,034, ηp2 = 0,408). Dans l’hippocampe gauche, cet effet d’interaction n’était pas statistiquement significatif (F (1,9) = 4,747, P = 0,058). Aucun changement significatif n’a été constaté dans le PCC. Les résultats sont présentés dans [Table 1] et [Figure 2] et [Figure 3].

Tableau 1 : Volume moyen de matière grise (mm3) avec écart type des régions d’intérêt avant et après l’intervention pour chaque groupe d’intervention.
Figure 2 : (a) ROIs de l’hippocampe bilatéral définis à l’aide de l’atlas DKT. (b) Changement moyen du GMV dans l’hippocampe droit. L’astérisque indique une différence statistiquement significative dans le volume moyen du groupe de yoga Kundalini entre la période avant et après l’intervention (t (6) = 3,109, P = 0,021). (c) Changement moyen du GMV dans l’hippocampe gauche. Les barres d’erreur indiquent l’erreur standard. DKT : Desikan-Killiany-Tourville, GMV : Volume de matière grise, ROIs : Régions d’intérêt
Figure 3 : (a) ROI du PCC bilatéral défini à l’aide de l’atlas. (b) Changement moyen du GMV dans le PCC droit. (c) Changement moyen du GMV dans le PCC gauche. Les barres d’erreur indiquent l’erreur standard. PCC : cortex cingulaire postérieur, DKT : Desikan-Killiany-Tourville, GMV : volume de matière grise. ROIs : Régions d’intérêt

Le test de Scheffe a été utilisé pour l’analyse post hoc afin de décomposer l’interaction significative sur le volume de l’hippocampe droit. Ces tests post hoc n’ont révélé aucune différence significative entre les cellules. Pour approfondir les données, nous avons également effectué deux contrastes simples qui nous semblaient les plus pertinents à l’aide d’un test t (en comparant le volume avant et après l’intervention dans chaque type d’intervention). Pour ces deux contrastes, nous avons appliqué la correction de Bonferroni pour ajuster le alpha à 0,025 (alpha critique 0,05 divisé par 2 tests). Les résultats de ces analyses ont montré une augmentation du volume de l’hippocampe droit entre la période pré- et post-intervention dans le groupe de yoga Kundalini (t (6) = 3,109, P = 0,021), mais pas dans le groupe de psychoéducation.

Discussion

À notre connaissance, il s’agit du premier ECR utilisant la neuro-imagerie pour étudier le yoga Kundalini comme intervention protectrice contre le vieillissement neurologique chez des adultes âgés en bonne santé. Nous avons constaté que les participants à l’intervention de 12 semaines de yoga Kundalini présentaient une augmentation significative du volume de l’hippocampe droit. Notamment, la seule autre étude de neuro-imagerie structurelle du yoga Kundalini n’a trouvé aucun effet significatif sur le volume de l’hippocampe ; cependant, cette étude comparait le yoga Kundalini à un entraînement d’amélioration de la mémoire et portait sur des participants souffrant de DCL.[9] Ces facteurs peuvent avoir éclipsé l’effet du yoga Kundalini et expliquer pourquoi nos résultats sont plus positifs, correspondant aux résultats de la neuro-imagerie d’autres formes de yoga qui ont montré de façon similaire des augmentations du volume de l’hippocampe.[10]

L’atrophie de l’hippocampe liée à l’âge a été associée au déclin de la mémoire à court terme lié à l’âge.[11] Ces atrophies neurotypiques sont souvent exacerbées dans la maladie d’Alzheimer, l’atrophie de l’hippocampe agissant comme un marqueur des premiers stades de la maladie d’Alzheimer.[12] L’hippocampe droit, en particulier, semble jouer un rôle dans le déclin cognitif. Par exemple, une étude a montré que le VGM de l’hippocampe droit était corrélé aux scores du MMSE et du Montreal Cognitive Assessment.[13] Une étude précédente a indiqué que l’atrophie de l’hippocampe droit semble être plus importante et se produire plus tôt que celle de l’hippocampe gauche, l’atrophie de l’hippocampe droit pouvant précéder de plusieurs années le diagnostic de la maladie d’Alzheimer.[14] Selon le National Institute on Aging et l’Alzheimer’s Association, le moment idéal pour intervenir est la phase préclinique précoce de la maladie d’Alzheimer.[15] Ainsi, notre constat préliminaire selon lequel le yoga Kundalini augmente le volume de l’hippocampe droit devrait encourager d’autres recherches examinant cette intervention comme un moyen de promouvoir un vieillissement neurologique sain.

Cette étude pilote présentait deux limites importantes dues à nos contraintes logistiques : la petite taille de l’échantillon(n = 11) et l’écart entre les durées d’intervention (12 semaines pour l’intervention de yoga Kundalini contre 10 semaines pour l’intervention de psychoéducation). Bien que prometteurs, nos résultats doivent être confirmés dans un essai plus large avec des contrôles expérimentaux plus stricts.

Remarques finales

Nous avons examiné les effets neurobiologiques du yoga Kundalini dans le cadre d’un ECR pilote de neuro-imagerie auprès de personnes âgées en bonne santé et n’ayant jamais médité. Nous avons constaté une augmentation significative du volume de l’hippocampe droit après la participation à l’intervention de 12 semaines de yoga Kundalini, mais pas dans le groupe de psychoéducation. Bien que préliminaires, ces résultats encouragent de futurs essais à grande échelle pour évaluer le potentiel du yoga Kundalini comme intervention neuroprotectrice.

Déclaration éthique

Un consentement éclairé écrit a été obtenu de tous les participants. Le protocole de l’étude a été approuvé par le bureau de recherche et d’éthique du CIUSSS-ODIM/Institut Douglas. ClinicalTrials.gov : NCT04726072.

Remerciements

Marim Ibrahim et Joseph Therriault sont les co-auteurs principaux et Soham Rej et Michael Lifshitz sont les co-auteurs principaux de ce document.

Soutien financier et parrainage

L’étude a été financée par l’Institut Kripalu et l’Institut Mind and Life. Soham Rej reçoit un soutien salarial du Fonds de Recherche du Québec Santé et détient des actions d’Aifred Health.

Conflits d’intérêts

Il n’y a pas de conflits d’intérêts.

Références

1.Bhattacharyya KK, Andel R, Small BJ. Effets des thérapies psychocorporelles liées au yoga sur la fonction cognitive des personnes âgées : Une revue systématique avec méta-analyse. Arch Gerontol Geriatr 2021;93:104319.
2.Villemure C, Čeko M, Cotton VA, Bushnell MC. Effets neuroprotecteurs de la pratique du yoga : Plasticité dépendant de l’âge, de l’expérience et de la fréquence. Front Hum Neurosci 2015;9:281.
3.Eyre HA, Siddarth P, Acevedo B, Van Dyk K, Paholpak P, Ercoli L, et al. A randomized controlled trial of Kundalini yoga in mild cognitive impairment. Int Psychogeriatr 2017;29:557-67.
4.Moss AS, Wintering N, Roggenkamp H, Khalsa DS, Waldman MR, Monti D, et al. Effects of an 8-week meditation program on mood and anxiety in patients with memory loss. J Altern Complement Med 2012;18:48-53.
5.Lee PL, Chou KH, Chung CP, Lai TH, Zhou JH, Wang PN, et al. Posterior cingulate cortex network predicts Alzheimer’s disease progression. Front Aging Neurosci 2020;12:608667.
6.Folstein MF, Folstein SE, McHugh PR. “État mental minimal”. Une méthode pratique d’évaluation de l’état cognitif des patients pour le clinicien. J Psychiatr Res 1975;12:189-98.
7.Cartographie statistique paramétrique 12 [Computer Software]; 2014. Disponible sur : https://www.fil.ion.ucl.ac.uk/spm/software/spm12/. [Last accessed on 2020 Aug 17].
8.Klein A, Tourville J. 101 images cérébrales marquées et un protocole cohérent de marquage cortical humain. Front Neurosci 2012;6:171.
9.Yang H, Leaver AM, Siddarth P, Paholpak P, Ercoli L, St. Cyr NM, et al. Plasticité neurochimique et neuroanatomique à la suite d’un entraînement de la mémoire et d’interventions de yoga chez des adultes âgés souffrant de troubles cognitifs légers. Front Aging Neurosci 2016;8:277.
10.van Aalst J, Ceccarini J, Demyttenaere K, Sunaert S, Van Laere K. Que nous a appris la neuroimagerie sur la neurobiologie du yoga ? Une revue. Front Integr Neurosci 2020;14:34.
11.Frankland PW, Bontempi B. The organization of recent and remote memories. Nat Rev Neurosci 2005;6:119-30.
12.Karas GB, Burton EJ, Rombouts SA, van Schijndel RA, O’Brien JT, Scheltens PH, et al. Une étude complète de la perte de matière grise chez les patients atteints de la maladie d’Alzheimer en utilisant une morphométrie optimisée basée sur les voxels. Neuroimage 2003;18:895-907.
13.Yue L, Wang T, Wang J, Li G, Wang J, Li X, et al. Asymétrie de l’hippocampe et de l’amygdale dans le déclin cognitif subjectif chez les Chinois vivant en communauté. Front Psychiatry 2018;9:226.
14.Tondelli M, Wilcock GK, Nichelli P, De Jager CA, Jenkinson M, Zamboni G. Structural MRI changes detectable up to ten years before clinical Alzheimer’s disease. Neurobiol Aging 2012;33:825.e25-36.
15.Sperling RA, Aisen PS, Beckett LA, Bennett DA, Craft S, Fagan AM, et al. Toward defining the preclinical stages of Alzheimer’s disease : Recommandations des groupes de travail du National Institute on Aging-Alzheimer’s Association sur les directives de diagnostic de la maladie d’Alzheimer. Alzheimers Dement 2011;7:280-92.

Adresse de correspondance:
Michael Lifshitz
Salle 229, Institut de psychiatrie communautaire et familiale, 4333 Chemin De La Côte-Sainte-Catherine, Montréal, Québec, H3t 1e4
Canada

Source de soutien : Aucun, Conflit d’intérêt : Aucun

DOI : 10.4103/ijoy.ijoy_25_22


Teacher

Sign up form for Mexico Hybrid


Sign up form for Mexico Hybrid

Ceci fermera dans 0 secondes